Environnement

Aggravation du risque d’inondation

Aggravation du risque d’inondation

Voici le texte de la prise de parole de Mme Odile Bouillin lors de la réunion du 5 mai avec le maire. Mme Bouillin est hydrogéologue à la retraite et habite aux Grands Crêts.

Je souhaite exprimer ici mes inquiétudes par rapport à votre projet. Je suis inquiète car je pense que ce projet va aggraver le risque d’inondation dans le quartier des Buclos et je crains aussi des désordres dans l’écoulement des eaux souterraines.

La parcelle que vous projetez d’urbaniser est située dans un contexte hydraulique tout à fait particulier.

Elle est allongée sensiblement Nord-Sud, c’est à-dire dans le sens des écoulements. Sa topographie est en pente vers le Sud.

Elle est encadrée à l’Est par l’avenue du Vercors et par un chemin piétonnier et à l’Ouest par un autre chemin piétonnier et une piste cyclable qui, tout à fait à l’aval de la parcelle, traversent l’avenue du Vercors par un passage souterrain.

Mais, surtout, elle est longée à l’Est, sur environ les 2/3 de sa longueur, par un ruisseau dont le cours est tantôt libre tantôt souterrain. Il débouche d’un souterrain à l’entrée nord de la parcelle et coule libre, en situation topographique dominante le long de celle-ci. Il est ensuite contraint par deux passages busés en aval sous l’avenue du Vercors..

Sur le plan réglementaire, ce ruisseau est classé en rouge R I’ c’est-à-dire en zone d’interdiction. L’aléa inondation y est maximum : de classe I’3 ce qui correspond à un risque fort d’inondation de pied de versant.

 

Cette parcelle est, en cas de fortes pluies, le principal réceptacle des eaux de ruissellement en raison :

- de sa topographie en pente, avec un point bas et étroit au niveau du passage piétons/cycles sous l’avenue du Vercors ;

- de la position dominante du ruisseau qui la longe et qui présente un risque fort d’inondation. Ce risque est potentiellement aggravé par un passage busé sous la route et par la présence d’une grille à l’entrée du parcours souterrain aval. Ces aménagements peuvent accroître le risque d’inondation par sous-dimensionnement et/ou embâcle ;

- du fait que les eaux pluviales de tout le quartier amont sont véhiculées par la chaussée en pente du chemin des Buclos. Elles arrivent, elles aussi, en amont de la parcelle et contribuent au risque d’inondation.

Tout cela a été très clairement illustré par l’orage du 6 juin 2010 qui a provoqué d’importants dégâts dans le quartier des Buclos (centre commercial, habitations et garages inondés). (voir vidéo)

Image de prévisualisation YouTube

Si  votre projet est réalisé, il faut bien avoir conscience que malgré les aménagements du constructeur, le risque d’inondation sera aggravé pour tout le secteur des Buclos.

En effet, plus les surfaces imperméabilisées sont importantes, plus le ruissellement et la concentration des eaux est rapide. A contrario, une zone naturelle, non construite ni goudronnée, joue un rôle tampon car elle ralentit la crue et permet éventuellement à une partie de l’eau de s’infiltrer.

 

En ce qui concerne les eaux souterraines, le nom de ce petit quartier est significatif : il

s’appelle les Sources et les habitants sont régulièrement confrontés à des venues d’eau ou à des problèmes d’évacuation.

Vous savez que notre sous-sol est constitué d’alluvions très hétérogènes, avec une nappe peu profonde, et que tous les travaux qui le touchent peuvent engendrer des désordres.

C’est particulièrement vrai dans ce petit quartier qui est sensible, avec des immeubles très proches des constructions envisagées.

 

Pour terminer, je reviens aux aspects réglementaires : il y a plusieurs contraintes sur cette parcelle, preuve de sa fragilité et de son intérêt. Il y a d’abord les contraintes liées au ruisseau. Le PPRN indique (p. 13)  qu’en toutes zones une marge de recul de 10m doit être respectée pour les canaux et chantournes et de 5m pour les fossés. Et que, pour les torrents qui sont partiellement ou totalement busés (p.19) c’est 10 mètres.

Quant au PLU il protège les éléments paysagers suivants : le boisement d’environ 1/4 de la parcelle et la haie à l’ouest de la parcelle (classées Vgtn). Il est impossible d’y toucher sans une autorisation préalable.

 

Ce projet est complètement déraisonnable et  je n’imagine pas que des constructions puissent être faites sur ce secteur sans avoir au préalable fait réaliser une étude hydraulique détaillée du site, qui prenne en compte les eaux superficielles et les eaux souterraines

Nous avons ici une zone vulnérable avec un équilibre très fragile, la raison voudrait qu’elle soit respectée et rendue à un état naturel.

Vous avez aujourd’hui l’opportunité d’aménager cette parcelle pour mieux protéger le quartier : je souhaite que vous y réfléchissiez.

Odile Bouillin

Mots-clefs :,

2 Réponses à “Aggravation du risque d’inondation”

  1. Le 23 mai 2016 à 17 h 10 min KUENTZ a répondu avec... #

    Je soutiens les propos de Mme Biouillin.
    Le préfet a déclaré que l’orage soudain et violent du 06 juin 2010 était « catastrophes naturelles ».
    Habitant 1 chemin des Sources, je peux notifier que tous les garages de l’immeuble ont été inondés. Des experts sont passés : l’ eau stagnait à 20 cm de hauteur sur toute la surface des garages.
    Tous les habitants ont perdu leurs biens placés dans leurs garages.
    J’ai des photos à l’appui si nécessaire.

    • Le 4 juin 2016 à 13 h 11 min crechemeylan a répondu avec... #

      Bonjour

      Nous sommes intéressés par les photos, les vidéos et toute autre forme de témoignage.
      Il semble qu’il y ait des caves inondées ça et là (pas uniquement lors de l’inondation de 2010).
      Mais comme cela n’arrive que pour certains particuliers et de manière plus ou moins isolée, il est difficile d’avoir une vision globale.
      Un monsieur vient justement de nous envoyer de nouvelles photos.
      Nous allons les mettre en ligne bientôt et écrire un article dans le blog à ce sujet.
      Votre contribution est évidemment la bienvenue ;-)

      Si les anciens avaient choisi les sources pour nommer cet endroit, ils avaient peut être une raison.

      Pensaient ils recouvrir la surface du terrain avec du béton, via
      - le lotissement « source 1″ (2010)
      - puis maintenant « source 2″ (« coté source » – 2017)
      - et finalement « source 3″ (terrain de la crèche) ?

      Ce n’est pas sûr. C’est l’idée de la Mairie.

      En fait c’est sans doute surtout les habitants en bas des « sources » qui vont profiter pleinement de l’eau dans le futur.
      Avec un peu de chance le réchauffement climatique n’est qu’une vaste blague et il y aura de moins en moins d’inondations (???).
      Qui sait ? On peut toujours espérer …

Ajouter votre réponse

Jardinoptimiste |
Parisagricole |
école Jules Michelet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amicaleceyrat
| L'Europe dans les Alpe...
| Asldgp91